• Home
  • Développe-Toi
  • A la recherche d’une jeunesse consciente et engagée, pour le développement de l’Afrique

A la recherche d’une jeunesse consciente et engagée, pour le développement de l’Afrique

La frustration me mine.

L’envie de changer les choses m’empêche de dormir paisiblement.

L’Afrique dort depuis fort longtemps.

Ses habitants semblent anesthésiés ou peut être la plupart le sont.

La jeunesse se focalise sur des futilités : musique, dance, potins et j’en passe, et donc ne semblent être intéressée que par tout ce qui est oisiveté.

Fort heureusement il y a des jeunes conscients de l’enjeu de cette époque : sortir de l’Afrique et les Africains du sous-développement.

Un fort constat que j’ai fait chez la plupart d’entre nous, c’est le manque d’engagement, d’abnégation et de prise d’initiation.

Beaucoup de jeunes pensent qu’ils doivent croiser les bras et laisser aux gouvernants la peine de gérer des problèmes qu’ils peuvent eux même régler.  

Un exemple basique est notamment l’insalubrité caractérisée que l’on observe dans la plupart des villes africaines. Beaucoup semblent inconscients de l’impact de jeter des ordures ou un petit sachet dans la rue au lieu de les déposer dans les lieux prévus à cet effet.  C’est sans doute le fruit d’une conception selon laquelle la rue est à tous et c’est à l’Etat de se charger de sa propreté …

Certains pensent que c’est à l’Etat de leur chercher du travail et donc passent leur temps à dormir et à errer dans les rues en attendant un miracle, qui si vous n’allez pas chercher ce travail, ne tombera pas du ciel.

D’autres qui ont le bagage intellectuel théoriquement mais qui ont besoin d’être guidés ou des directives et ne peuvent prendre aucune initiative.

Les pires, sont ceux qui voient des jeunes ambitieux, porteurs de projet et qui eux les intègrent dans leurs projets mais hélas se font un malin plaisir de saboter le travail laborieux qui a été abattu et s’acharnent à semer de mauvaises graines. 

Il y a les frustrés, ceux qui sont des pépites, qui sont ambitieux mais hélas qui ne peuvent pas concrétiser quoique ce soit, tout simplement parce qu’ils dépendent d’autrui.

Toutes ces classes de jeunes africains ont un impact dans le futur du continent et des jeunes de demain. En effet se sont ceux qui doivent semer les graines de demain, de quelques manières que ce soit. En passant par nos jeunes frères, nos futurs enfants ou enfants, les Ebènes Seeds.

Mais il serait injuste de jeter la faute à ces jeunes car croyez-le, c’est aussi le fruit de la génération qui nous précède.

Ainsi donc, le sort de l’Afrique repose sur une réaction en cascade, un cycle, un éternel recommencement dont tous les étapes et les éléments sont importants et doivent être de bonne qualité, au risque d’avoir une incidence sur la qualité des prochaines graines.

Compte tenu de chaque classe ou catégorie de jeunes, je peux vous assurer qu’il est facile de décrire l’environnement dans lequel ils baignaient. Il y a ceux qui étaient bien encadrés, éduqués et conseillés. D’autres qui étaient abandonné à eux-mêmes et étaient donc obliger de faire avec les moyens du bord. Les pires sont ceux qui avaient tout mais obnubilés par l’envie ils préfèrent le rôle d’inhibiteur que d’incubateur, de précurseur.

J’en conclus qu’il est nécessaire que tout jeune africain soit conscient de ce qui l’attend et du fait qu’il doit s’émanciper, se former, s’auto-former, se responsabiliser et ne surtout rien attendre de personne.

Dixit un proverbe wolof, « Si tu veux de l’accra, tu dois aimer le piment ».  Alors chers fréres et sœurs d’Afrique, soyons conscients de ce qui nous attend, de la situation dans laquelle se trouve l’Afrique et efforçons-nous de l’en faire sortir, via des petits gestes du quotidien, nos domaines de prédilections et l’entre aide.

Chers frères et sœurs de Mama Africa, comportons-nous comme tel et misons sur le développement de l’Afrique plutôt que sur notre destruction mutuelle, car sachons-le, un Africain qui réussit équivaut à au moins 10 qui sortent de la léthargie.

One Comment

Laisser un commentaire